La canne française

02 Juin La canne française

Faire remonter l’usage de la canne aux origines de l’humanité semble un lieu commun : en effet, le bâton, sous une forme certes grossière, a sans doute été l’un des premiers objets dont s’est servi notre ancêtre pour se défendre.

Canne française au Luxembourg Paris« LE RETOUR DU BATON »
Au fil des âges, toujours présents dans l’histoire de l’homme, canne et bâton sont à la fois objet utilitaire, arme de défense, ou – bâton de maréchal et sceptres de nos rois – symboles de l’autorité suprême.

Au 19ème siècle, la canne est devenue l’attribut indispensable du gentleman, dès qu’il sort de chez lui.

C’est l’âge d’or de cet accessoire qui va ainsi, tout naturellement, une fois les premières règles fixées par le maître CHARLEMONT, devenir un véritable sport, bientôt enseigné à Paris et dans de nombreuses villes de province. Hélas, les modes changent et la canne tombe peu à peu dans l’oubli…

Depuis quelques années cependant, dépoussiéré, décrassé de ses vieilles règles et adapté à une mentalité sportive moderne, le sport de la canne connaît une véritable résurrection sous forme de sport de combat.

Discipline complémentaire de la boxe française par son esprit et certaines règles, la canne française exige souplesse, rapidité et efficacité.

Les combattants (appelés tireurs), protégés par un casque, des gants et une combinaison matelassée, s’affrontent dans une aire de combat de 6 mètres de diamètre(*). Il s’agit alors de « toucher » son adversaire sur l’une des zones autorisées (tête, buste, jambes) à l’aide d’une canne de 95 cm de long.

La canne ne s’utilise pas n’importe comment; six coups sont permis (brisé, enlevé, croisé bas, croisé haut, latéral extérieur, et latéral croisé). Cette limitation, loin d’être un handicap, permet l’élaboration d’une véritable stratégie par le tireur.

La canne française n’est pas un sport de surhomme : toute l’intelligence et la maîtrise de ce sport résident dans le principe d’efficacité du mouvement, c’est à dire dans le complet développement du bras; un mouvement bien exécuté sera plus efficace qu’un coup donné avec la seule force musculaire !

C’est d’ailleurs, la raison pour laquelle la canne française convient tout autant aux hommes qu’aux femmes.

Le nombre restreint de coups , la grande liberté laissée aux tireurs, transforment le combat en un ballet où se succèdent voltes, fentes, esquives, feintes et parades, rythmées par le choc des cannes l’une contre l’autre.

Efficace, la canne est également un sport esthétique, ce qui avait été parfaitement perçu par Alexandre DUMAS; le maître des récits de cape et d’épée avait lui-même suivi des entraînements de canne française afin de décrire les légendaires combats des mousquetaires.

Aujourd’hui, complétée par l’étude de la self-défense, la canne française est une discipline complète : moderne, efficace, spectaculaire, esthétique et harmonieuse.

 

Jean MAYEUR
Secrétaire Général de L’O.M.S Paris VI

* Les nouvelles règles font évoluer les tireurs dans un espace de 9 mètres de diamètre.